Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de combatcontreinjustice

LETTRE OUVERTE AUX DEPUTES DE LA NATION.

26 Avril 2015 , Rédigé par combatcontreinjustice

Ils ne sont pas nombreux les Députés se sentant concernés par les abus de l'institution judiciaire, en date du 22 avril , seul M. Joel GIRAUD,  Député des  Hautes-Alpes  a pris ma requête en considération et m'a fait parvenir une réponse. Merci M. le Député.

Après la lettre ouverte à Mme TAUBIRA, celle adressée aux Députés de France.

Mesdames et Messieurs les Députés (es)             Le 18 Avril 2015                            

 Assemblée nationale
126, rue de l'Université
75355 Paris

Madame VIDAL, porte parole de 3 victimes de l’institution judiciaire

A LA REQUETE DE:

Trois victimes du Sud- Ouest de la France, totalement privées depuis des années, de l'exercice du droit à un procès équitable qui est l'un des principes fondamentaux de la République et de la Démocratie sur laquelle elle repose. Madame TAUBIRA, nous refuse l'enquête qu'exigent les escroqueries dont nous sommes victimes.

-http://combatcontreinjustice.over-blog.com  

-Blog MEDIAPART: MARIEVIDAL  

-Pétitions Nationales

Mesdames, les députées, Messieurs les Députés,

    Vous êtes en tant que Députés (es), les représentants de la NATION toute entière, de notre ETAT Républicain, de la sauvegarde de la DEMOCRATIE, garantissant une saine application des Droits de l'Homme. Les Députés doivent, normalement, au titre de l'art 24 de la CONSTITUTION voter les lois, mais également contrôler l’action Gouvernement, c'est à dire veiller à ce que les lois soient appliquées. (Ceci est dans les textes, mais hélas, jusqu’à présent, pas dans les faits).  

Ci-joint PJ:

Les faits, plainte

Plainte à l’encontre Ordre des Avocats

-Lettre ouverte à Mme TAUBIRA

-Questions écrites à l’Assemblée Nationale

-Accepteriez-vous, Mesdames et Messieurs les Députés d’être escroqués et ruinés par des professionnels du droit, sans vous battre ?  

-Vous avez toutes mes coordonnées, j’attends, par retour, des réponses concrètes de votre part, que je transmettrai immédiatement aux deux autres plaignants.

   C’est donc, en tant que porte parole de 3 victimes, dont je fais partie, que j’ invite les 577 Députés de la Nation Française, à prendre connaissance des intolérables et inacceptables délits et crimes dont nous sommes victimes, de la part de professionnels du droit. Vous allez pouvoir constater, Mesdames et Messieurs les Députés, que dans le cadre de nos 3 affaires, nous sommes victimes d’ escroqueries en bandes organisées, des faits que vous ne pouvez plus ignorer et/ou occulter et encore moins passer sous silence au risque de vous rendre complice de crimes.  

Bien évidemment, nous ne mettons pas en cause, tous les professionnels du droit, mais, notre expérience tout au long de nos parcours judiciaires, tout comme celle de nombreux justiciables à travers notre pays, atteste malheureusement qu’il est aussi difficile de trouver un bon, sérieux et honnête Avocat que de trouver une aiguille dans une botte de foin et que l’institution judiciaire toute entière est gravement gangrénée.

En matière de Justice, dans notre pays, qui se veut, hypocritement le berceau des droits de l’Homme, les privilèges des uns s’établissent au détriment des droits de la majorité et les délinquants en robes noires, qui dans le cadre de nos 3 affaires ont pourtant incontestablement violé et bafoué les lois de la République, sont dispensés de répondre de leurs actes devant la loi qu’ils sont supposées faire appliquer à l’ensemble. Pour bon nombre de nos citoyens, la Justice est devenu insaisissable, corrompue et il en découle une aversion envers les politiques, légitimement tenus pour responsables. Un sondage récent fait état que seulement, 18% des Français auraient, encore, confiance aux politiques de notre pays et que 2/3 auraient perdu confiance en la justice. Entre les affaires, le chacun pour soi, le déni, les pratiques corporatistes, le je-m'en-foutisme, etc. Il ne faut pas sen étonner. Combien de dossiers que regroupent un certain nombre d’associations de défense, combien de sites internet et de victimes, désemparées, catastrophées, qui heureusement, aujourd’hui ne se sentent plus seules, ni isolées, viennent dénoncer tous ces dysfonctionnements gravissimes mettant en danger tant la santé, que les familles et les biens des justiciables, mais également la République. Vous n’ignorez pas, Mesdames, Messieurs les Députés que la Justice n’est plus crédible aux yeux des français et comment un pays peut-il être respectable et ses politiques respectés, si sa première institution est corrompue et ne l'est pas.

Vous ne pouvez plus accepter, ni tolérer que les Avocats soient des individus intouchables, car il est impossible, et ce, malgré les textes trompeurs existants, de faire valoir ses droits contre un Avocat qui est en faute civile et/ou pénale ou bien les deux. Dans le cadre de nos 3 affaires, nous payons le prix fort de ces pratiques corporatistes, car d‘un bout à l‘autre du maillon de la chaîne judiciaire les professionnels du droit se sont auto-protégés ….Ils n’ont pas manqué d’en abuser, puisqu‘ils savent qu‘ils demeureront impunis…Les Magistrats quant à eux, campent sur le même créneau, (L‘honorable Procureur Montgolfier, ne manque pas d’ailleurs, d’en faire état dans son livre le Devoir de Déplaire).

Je nai pas manqué de dénoncer les abus dont nous sommes victimes auprès de 4 Députés de mon département.

-Le premier sest contenté décrire quelques courriers à 2 Ministres de la Justice défaillants, ensuite il a quitté son mandat, aucune suite.

-Le deuxième, ma accordé un RV, jai été reçue par son attachée parlementaire qui sans aucun doute possible, vue la tournure de lentretien, cétait rapprochée des professionnels du droit que nous mettons en cause, puisquelle était parti pris pour nos adversaires. A force de discutions, on me demanda de me rapprocher dun Avocat ami du Député, celui-ci bien que choqué par les agissements de ses confrères, ainsi que du Conseil de lOrdre ne souhaita pas donner de suite, au motif quil était exclu quil aille contre son OrdreCorporatisme.Aucune suite.

 -Le troisième, navait pas le temps de me recevoir, à force dinsister je fus reçue par une attachée parlementaire et après plusieurs entretiens téléphoniques avec un autre des ses attachés parlementaires, du genre cynique et à la science infuse , jai été expédiée, sous le prétexte, que la loi ne permettait pas au Député dagir!
 -Le quatrième, nouveau Député, le vent en poupe, ma reçu en personne, se faisant fort de soccuper de nos affaires, il devait monter au créneau! Il est tellement monté HAUT, quil nen redescendit pas. Cela fait plus dune année, je nai jamais eu de ses nouvelles.

 L'Assemblée Nationale a pourtant comme COMMISSION celle des LOIS, nous vous demandons, Mesdames, Messieurs les Députés de saisir, sans délai, le Président de la Commission des LOIS tenue d'ouvrir une enquête sur les dysfonctionnements du Service Public de la Justice dont nous sommes les victimes. La Commission des LOIS doit, normalement contrôler le Ministère de la Justice, le Conseil Supérieur de la Magistrature.(ceci est dans les textes, mais là encore, jusqu’à présent, pas dans les faits). Les graves délits dont nous sommes victimes, de la part de professionnels du droit, vous obligent en tant que Députés, ainsi qu’à la commission des lois d’en établir le constat, étant donné que Madame TAUBIRA, Ministre de la Justice et les services de la DACS, rattachés à son Ministère chargés normalement de contrôler les professions judiciaires, sont défaillants et nous refusent l’enquête qu’exigent les graves escroqueries dont nous sommes victimes. Celles-ci ont eu pour conséquences de nous conduire à la RUINE, en ce qui concerne 2 des victimes et la quasi RUINE, en ce qui me concerne. J’attire votre attention, concernant l‘affaire d’une des plaignante, en phase de se retrouver à nouveau injustement ruinée, qui j’ose l’espérer, vous révoltera, d’où l’urgence à ce que soit diligentée l’enquête que nous réclamons concernant notre plainte conjointe. C’est pour nous une véritable course contre la montre.

Nous vous demandons, parallèlement, eu égard à votre fonction, à votre devoir, à votre mission au service des Français (es) , au nom de la République et des droits de l’homme de mettre tout en œuvre, pour faire cesser l’impunité qui s’est instauré au sein de l’institution judiciaire et pour empêcher les professionnels du droit qui s’autorisent tous les droits y compris celui de baigner, dans la délinquance, de vider  la République de ses lois, de dépouiller des justiciables et de détruire des vies et des familles.

La lettre ouverte adressée à Madame TAUBIRA, aurait pu, tout autant s’adresser à ses prédécesseurs, Messieurs CLEMENT, MERCIER, PERBEN, ainsi que Mesdames DATI et ALLIOT-MARIE, Ministres tous aussi défaillants, à qui nous avions également fait parvenir de nombreuses plaintes.Restées sans suite.

 Après lecture et analyse du compte rendu du groupe de travail sur l’avenir des institutions, j’ai le triste sentiment que nos responsables politiques demeurent dans un déni chronique ou/et bien, sont déconnectés du peuple et de la réalité et ne se remettrons jamais en question. Il ne doit plus être lexcuse de linertie et du déni, en matière de droit, pour les Députés, autour des défenses des valeurs. J’avais également écrit, en 2011, à tous les Députés Français et Européens, ainsi qu’à tous les Sénateurs, pour dénoncer les graves dysfonctionnements de la Justice auxquels nous étions victimes, ils ont été trois à me répondre, un Socialiste, un Communiste et l’UMP, M. Bernard ACCOYER., celui-ci avait donc obligatoirement pris connaissance de notre requête et des faits, sa réponse, formule consacrée: …’’Comme vous le savez, en raison du principe constitutionnel d’indépendance de la justice, le Président de l’Assemblée nationale ne peut pas s’immiscer dans une procédure juridictionnelle civile, administrative ou pénale en cours ou remettre en cause une décision rendue par une juridiction’…Il ne manque pas malgré tout de prétendre lors de ce groupe de travail:….’ – Je partirai d’un postulat qui n’est pas forcément partagé : selon moi, les institutions de la Ve République fonctionnent bien, notamment sur le plan démocratique‘…. C’est profondément choquant et scandaleux. Madame Marie-Anne COHENDET, beaucoup plus lucide dit: ….’ Pour ma part, je ne suis pas tout à fait convaincue que nos institutions fonctionnent bien…..Sommes-nous dans une démocratie ou dans une dictature‘….., Quant à M. BARTELONNE, qui voit passer entre ses mains bon nombre de pétitions portant sujet aux abus des professionnels du droit, il est également stupéfiant et même particulièrement inquiétant pour la Démocratie, qu’il ne fasse pas état des dysfonctionnements de l’institution judiciaire. Il est d’ailleurs surprenant et inadmissible, que cette commission, ne fasse pas appel à des citoyens victimes des institutions en général et de la Justice en premier lieu, nous aurions peut-être ainsi l‘assurance, si nos responsables politiques en ont le courage et la volonté, de changer véritablement le cours des choses.

Aujourd’hui, Mesdames et Messieurs les Députés, vous n’avez plus le choix, si vous voulez regagner la confiance du peuple, que celui-ci croit à nouveau en la République, en la Démocratie et aux droits de l’homme et reprenne la direction des bureaux de vote, vous devez, sans attendre, réformer de la Justice en profondeur, pour qu’elle soit certes indépendante, mais également responsable, aptes à sauvegarder les Droits de l’homme et les libertés fondamentales, sans être incontrôlable comme elle l’est actuellement et pour cela, il n’y a pas 36 solutions. Il est urgent que les politiques s'engagent à proposer une politique qui soit différente, et que les mots éthique et morale reprennent le sens de l'engagement qu'ils prennent vis-à-vis de ceux qui les élisent, avant que tout ne bascule inéluctablement dans l’irréparable, s’il n‘est pas, hélas, déjà bien trop tard!.

En laissant faire ces pratiques corporatistes et autres…De l’institution judiciaire, vous préparez, Mesdames et Messieurs les Députés un bien piètre avenir pour vos descendants, qui inévitablement un jour ou l’autre, se retrouveront confrontés à la Justice, en ayant de fortes chances d’être abusés, spoliés et même certainement ruinés, comme c’est le cas pour nous 3 et tant d’autres victimes à travers notre pauvre France.

-Vous trouverez également, en PJ, les questions écrites à l’Assemblée Nationale que je vous invite urgemment à poser à Madame TAUBIRA Ministre de la Justice, nous attendons bien évidement d’être informés par écrit des réponses qu’elle y donnera.

-Je viens de relire avec toujours autant d’émotion la postface d’un petit fascicule écrit par un honorable, humble et magnifique patriote résistant, Jean BRAO, né en 1905, « Du maquis de PRAYSSAS au bataillon Jasmin », que je vous invite, Mesdames, Messieurs les Députés à lire et à méditer en votre âme et conscience.

…’ Nous voici , une fois encore chez Jean BRAO . Il a étendu devant lui, sur sa table, la constitution de la République Française adoptée, par référendum, le 5 mai 1946, un an après la victoire; le texte est précédé de la déclaration des droits de l’homme, ce monument qui toute sa vie a été la conscience de Jean. Il montre du doigt le papier jauni et dit:

.....‘ Notre dignité, nos libertés, sont tributaires de ce texte; ce n’est pas contre le peuple Allemand que nous nous sommes soulevés mais pour lui et pour tous les peuples de la planète, contre tous ceux qui ont délibérément ignoré ou combattu ce texte. Et je crois que notre action ne pouvait s’arrêter à la libération, qu’il fallait continuer à militer dans un parti politique empreint d’un profond humanisme à la fois respectueux et défenseur des droits de l’homme. Aussi j’ai milité, sans me dévoyer, depuis la libération jusqu’à ce jour au parti Radical Socialiste où j’ai toujours apprécié l’atmosphère conviviale, les relations amicales, la pratique de la solidarité, le culte du civisme.

....’ Bien sûr il y a aussi, grande place, pour ma vie familiale près d’êtres très chers, pour ma vie professionnelles et pour les autres volets de ma vie militante, l’ARAC, la ligue pour la défense des droits de l’Homme et la fréquentation des Loges Maçonniques.

....‘ Je suis fier de mon parcours et quand je rejoindrai, sous la roche tout droit venue de la grotte de Roubillou, offerte par mes amis de Prayssas, quand je rejoindrai donc mon épouse qui m’a quitté en 1991, je pourrai le faire la tête haute, c’est là ma grande satisfaction.

....‘ Je suis heureux d’autre part d’offrir ce modeste témoignage à la prospérité, en comblant aussi le vœu de Roro, sur son lit de mort, à M.Huser qui était venu le voir et à qui il manifesta son souhait que soient transmises, noir sur blanc, ces glorieuses pages d’histoire écrites par des hommes totalement engagés, qui étaient prêts à tout donner pour offrir à leur descendance le visage d’une humanité meilleure et plus éclairée.

.....‘ L’itinéraire de Jean BRAO et de ses camarades chanceux ou malchanceux mérite de ne pas sombrer dans l’oubli, mais doit demeurer dans la mémoire collective des générations nouvelles qui doivent se conforter dans l’idée, la certitude, que les libertés, les droits de l’Homme, la République, exigent pour leur maintien un combat permanent mené par des militants déterminés et valeureux, comme le furent Jean BRAO et ses camarades.

                                         Le 30 août 1997- Bernard PIQUEMAL.

  Il n’est pas si loin le temps ou des Femmes, des Hommes valeureux résistants, partis de MONTPEZAT, PRAYSSAS et de tout les COINS de notre pays, l’ont libéré de l’occupant. L’intérêt collectif ayant toujours primé chez ces résistants sur leurs intérêts particuliers, ils ne cherchaient pas à fuir et ils avaient de l’honneur, ils allaient au combat. Nos résistants étaient attachés aux valeurs de la République, lors des commémorations, les élus politiques appellent au souvenir, à la mémoire, pour que nos enfants sachent les noms de ceux qui sont tombés en défendant leur liberté. Quelques décennies plus tard, tout vole en éclat, la Constitution, la République, les Libertés, les Droits de l’Homme, sont bafoués et violés. D’autres combats menés par d’autres résistants qui sont obligés de se battre pour faire valoir leurs droits. Décidément d’autres temps, d’autres hommes et d’autres combats, les guerres ne sont plus les mêmes, mais elles ne cesseront jamais.

   En l’attente de vos réponses par retour, notre situation l’oblige, veuillez agréer, Mesdames, Messieurs les Honorables Parlementaires, l’expression de nos sentiments Républicains et Citoyens.

                                                        PO Mme VIDAL

 


"Ca c'est bien une chanson de gauche ! " La... par LCP

Partager cet article

Repost 1

Commenter cet article

Angelilie 04/05/2017 13:09

beau blog. un plaisir de venir flâner sur vos pages. une belle découverte et un enchantement.N'hésitez pas à venir visiter mon blog. au plaisir

Avocat immobilier Paris 04/03/2016 19:23

Espérons que la pensée d'Albert Camus trouve un écho dans notre réalité : "La vérité jaillira de l'apparente injustice."

Vidal 13/03/2016 14:40

La vérité jaillira, je puis vous l'assurer, la justice passera par AGEN de gré ou de force, nous sommes au bout de notre combat

Merci Me

Pierrès Jeanclaude 06/05/2015 20:34

Humainement, ce mépris de la justice pour les victimes, est difficile, mais en leur rentrant dans le lard, j'ai obtenu beaucoup de démissions, déplacement du sous-préfet et préfet des cotes d’Armor.
Si votre combat est légitime, l'on peut, en les humiliant_publiquement_ à leur tour, en les perturbant et ainsi en leur faisant commette des erreurs et ainsi,finir par gagner.
Cordialement.

Vidal 13/03/2016 14:41

Nous allons gagner je puis vous l'assurer.
Merci pour votre soutien
Marie Vidal

marie 01/05/2015 20:42

......Plein D'AMOUR, de JUSTICE et de JOIES..... C'est pas pour demain
.

Marie Vidal 01/05/2015 19:46

Le chiffon rouge chanté..( du bout des lèvres). par certains membres du gouvernement...." Si tu veux vraiment que sa change et que sa bouge, lève toi car il est temps....Nous réveillerons la terre entière....Car le monde sera ce que tu le feras, PLEIN D'AMOUR, DE JUSTICE ET DE JOIES.